Le projet consiste à installer une picocentrale hydroélectrique sur le réseau d'alimentation en eau potable du village de Rosans :
Le conseil municipal de Rosans a décidé d'explorer cette possibilité et a fait faire une étude de faisabilité précise par la société spécialisée EcoWatt basée à la Motte du Caire (04).

Cette étude très détaillée tant sur les aspects techniques que financiers conclut dans les grandes lignes :

- un certain nombre de travaux sont à prévoir sur le réseau d'adduction de la source au réservoir du Suquet (captage, bypass des brises charges …)

- les tuyaux existants majoritairement en fonte et de faible diamètre induisent une perte de charge importante qui limite le débit utilisable ; il faudra faire avec car il n'est pas envisageable de les changer

- en moyenne la puissance électrique du site serait de 13,2 kW soit 87 300 kWh / an générant une recette annuelle de 10 500 € pendant les 12 premières années.

Par comparaison, nos 9 sites PV actuels annoncent une puissance théorique de 63 kW (soit 5 fois plus) mais n'ont produit réellement que 82 900 kWh dans la dernière année : la pico-centrale produit plus car elle tourne jour et nuit 7 jours / 7 contrairement au photovoltaïque.

Le revenu attendu est par contre plus faible (10 500 € contre 21 780 €) car le prix d'achat en OA (obligation d'achat) est bien plus faible en hydraulique.

- globalement, les investissements principaux à prévoir sont de

19 000 € pour la partie réseau d'adduction

66 500 € pour la centrale et son local technique

3 200 € pour le raccordement à ENEDIS

- au final le délai de retour sur investissement serait de 9 ans (sans subventions).

Évaluation de l'intérêt du projet

La rentabilité du projet n'est pas exceptionnelle sauf à pouvoir recevoir des subventions (département, région, Europe). La commune serait la plus à même de solliciter ces subventions.

Dans le cadre des projets globaux de gestion de l'eau en préparation au niveau national, l'existence de la centrale sur le réseau d'adduction pourrait offrir un argumentaire pour défendre les intérêts de la commune. C'est un aspect très important du projet.

La centrale serait aussi un bon pas vers plus d'autonomie énergétique puisqu'on double la production électrique locale.

Rôles respectifs de la SAS et de la commune

La commune, bien que favorable au projet, ne souhaite pas prendre en charge la totalité des investissements.

On pourrait donc s'orienter vers un partenariat du type :

- la commune s'occupe de la mise à niveau de la partie réseau d'adduction dont elle reste propriétaire

- la SAS investit, fait construire puis exploite la centrale hydroélectrique

- la SAS retourne à la commune sous une forme et un montant à définir une partie des revenus d'exploitation

Pour la SAS, ce schéma suppose un nouvel appel à l’actionnariat pour trouver une partie du financement initial, le reste étant couvert par autofinancement et emprunts. Ce serait l'occasion d'un élargissement de l'actionnariat. C'est donc un engagement important pour nous.

Après discussion, l'ensemble du Conseil de Gestion a décidé le 13/12/2018 de poursuivre le projet selon ce schéma de partenariat incluant l'extension de l'actionnariat.

Les modalités exactes sont bien entendu à discuter avec la commune.